cropped-logoMolineuvoise_200x108_fondBlanc.png

La forêt de Blois

Contexte géologique

La forêt de Blois se développe sur une fine couche de sols limoneux tapissée de sols organiques. Ces formations peu épaisses surmontent des sols argilo-siliceux (argiles à silex du Sénonien, ancienne appellation du dernier étage du Mésozoïque) provenant de l’altération de la craie à silex sous-jacente ou plus rarement du calcaire de Beauce (aquitanien). 

Les couches supérieures sont donc constituées de sols pauvres et acides propices au peuplement de la forêt par des espèces calcifuge tel que le chêne sessile (ou chêne rouvre) qui prédomine très largement en forêt de Blois.

Sources : Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l’Environnement (CDPNE)

Caractéristiques

La forêt de Blois s’étend sur une superficie de 2749,45 hectares dont environ :

  • 558 hectares (20%) sur la commune de Molineuf,
  • 410 hectares (15%) sur la commune de Chambon/Cisse

soit 968 ha (35%) sur Valencisse

  • 970 hectares (35%) sur la commune de Blois
  • 458 hectares (17%) sur la commune de Saint-Sulpice
  • 351 hectares (13%) sur la commune de Chouzy/Cisse

 

Allée de la Loire hiver 2013

Son périmètre est de 33km environ. Ses limites sont le plus souvent matérialisées par un fossé dont 23km sont propriété de l’État.

Elle est subdivisée en 162 parcelles qui occupent une superficie de 16,9 ha en moyenne.

Elle est classée en ZNIEFF de type 2 (ref. n° 5021)

La forêt de Blois est traversée d’est en ouest par la RD.766 (Blois à  Angers) et par l’allée de Coulanges qui sont pratiquement les seules voies à être ouvertes à la circulation automobile. Elle abrite 116 mares qui attirent de nombreuses espèces et accueillent en leur sein de nombreux batraciens, dont les quatre espèces de tritons existant en France.

Nota: selon les relevés cadastraux, la superficie cadastrale de la forêt de Blois serait de 2739,96 ha.

Elle est également sillonnée par un réseau d’allées forestières en étoile qui sont ouvertes aux promeneurs et aux 2 roues non motorisés. Parmi les plus importantes on trouve:

  • d’est en ouest
    • l’allée de Bury : 6,164km
    • l’allée de Bégon : 4,044km
  • du nord au sud
      • l’allée de Saint-Lubin à la Vicomté : 7,541km
      • l’allée de la Loire : 7,346km
      • l’allée de Catherine de Médicis : 5,143km
  • du nord -ouest au sud-est
    • l’allée de Louis XII : 4,773km
      du nord -est au sud-ouest
    • l’allée de Gaston d’Orléans : 4,126km
    • l’allée d’Anne de Bretagne : 4,907km

Enfin, plusieurs kilomètres de sentiers forestiers viennent compléter ce réseau dont quelques uns, repérés par un fléchage spécifique, sont ouverts aux promeneurs, aux VTtistes et aux chevaux montés.

 Cliquez pour télécharger la carte des jours de chasse dans la forêt de Blois

.

Plan de la forêt de Blois

foretBlois_Plan

Conception : La Molineuvoise
Sources : ONF – SCAN 25® – © IGN – 2024 

 Télécharger le plan

Un peu d'histoire

La forêt de Blois constitue l’un des derniers vestiges de l’ancienne forêt des Blémars qui recouvrait la plus grande partie de la Gâtine tourangelle jusqu’au XIIIème siècle. Au cours du XIème et du XIIème siècle, les moines de l’abbaye de Marmoutier fondée en 372, entreprirent le défrichement de ce massif forestier, alors réputé presque infranchissable.

Au XIVème siècle, le forêt de Blois, alors propriété des Comtes de Blois, fût vendue en 1391 à Louis 1er d’orléans dont le petit fils, Louis XII, fut couronné roi de France en 1498. C’est par cet acte que la forêt de Blois devint propriété du royaume de France jusqu’en 1791, date de son rattachement au domaine de l’Etat français.

Les limites de la forêt de Blois n’ont pratiquement pas évolué depuis le XVème siècle.

Au cours de la première guerre mondiale, la forêt de Blois fut le siège d’un camp d’entraînement militaire pour les jeunes recrues formées à la guerre de tranchées au lieu-dit “Les Sablonnières” à Chambon sur Cisse (coordonnées GPS :47.55981  1.24185).

Durant la seconde guerre mondiale, les Allemands utilisèrent le forêt de Blois pour entreposer des obus et munitions. Mais le plus imposant vestige de cette époque est un mirador en béton haut d’une vingtaine de mètres  édifié par les Allemands en 1940-1941. Ce mirador encore visible aujourd’hui est situé dans la partie Est de la forêt  dans  la section n°48 (coordonnées GPS :47.575361, 1.281250 .)

Grâce à une gestion rigoureuse et durable des agents de l’ONF, la forêt de Blois est peuplée de magnifiques chênes qui se dressent à une hauteur de 15 à 20m et dépassent parfois plus de 200 ans.  Ces sont des arbres recherchés pour la qualité de leur bois à grain fin notamment pour la tonnellerie. Quelques arbres se distinguent par leurs dimensions importantes : le chêne Jagerschmidt (section n°41), du nom d’un ingénieur forestier du XXe siècle, et le chêne dit “les jumelles”  avec ses 6,5m de circonférence et ses 35m de haut (section n°27).

Gestion de la forêt.

En 1291, Philippe Le bel crée l’administration des Eaux et Forêts, première structure de gestion du patrimoine forestier et ancêtre de l’Office Nationale des Forêts qui lui succède en 1966. Selon l’inventaire forestier de 2022, la France compte 17,1 millions d’hectares de forêt couvrant 30,8% du territoire. L’ONF gère aujourd’hui plus de 12 millions d’hectares de forêts et d’espaces naturels dont 4,6 millions d’hectares de forêts tempérées en métropole parmi lesquels on compte 1,7 millions d’hectares de forêts domaniales et 2,9 millions d’hectares de forêts de collectivités locales. La forêt domaniale représente un peu plus de 10% du total de la forêt française constituée pour l’essentiel de forêts et de bois privés (75%). Avec une superficie de 35 000 hectares, la forêt d’Orléans est la plus vaste forêt domaniale de France.

Actuellement, la gestion de la forêt de Blois par l’ONF s’appuie du le plan d’aménagement forestier 2009-2028 ayant pour objectif la production de bois d’œuvre de chênes de haute qualité. Dans ce but, des coupes de regénération permettront la création de 360 ha de jeunes semis en remplacement des arbres âgés de plus de 2 siècles qui sont progressivement abattus et commercialisés auprès des exploitants forestiers.

Sources : INVENTAIRE FORESTIER (ign.fr)

Inventaire forestier 2022 – Memento 2023

Le marquage des arbres

Deux types de signalisations sur les arbres existent en forêt. Celles destinées à baliser les sentiers servent à orienter les randonneurs, cavaliers et cyclistes sur les chemins. Les autres, liées à la gestion forestière, expriment des actes sylvicoles. Lorsqu’une coupe est prévue en forêt, les forestiers désignent les arbres à couper ou, au contraire, ceux à conserver. Bien visibles à l’œil nu, les marques, faites le plus souvent à la peinture, se portent sur le tronc à hauteur d’homme. En les identifiant, les bucherons se repèrent facilement et suivent alors leurs recommandations colorimétriques ou typographiques.

Les couleurs chaudes (rouges, orange, jaune) indiquent les arbres à enlever. Les couleurs froides (blanc, vert, bleu), sont utilisées pour des marquages pérennes. 

La technique de marquage appelée martelage par les forestier consiste à désigner, au marteau ou à la peinture, les arbres à récolter au profit d’autres beaux arbres qui vont poursuivre leur croissance et auront plus de place pour se développer.

Les principales essences forestières

Le chêne rouvre ou chêne sessile est le plus représenté dans le forêt de Blois. C’est un grand arbre de 20 à 40 mètres de haut, à feuillage caduc. Il a une longévité de 500 à 1000 ans et fructifie à partir de l’âge de 60 à 70 ans. On le distingue par le fait que ses glands sont regroupés en grappes accrochées directement au rameau (d’où son nom de chêne sessile) et par son écorce presque lisse et fissurée dans le sens longitudinal.

Le chêne pédonculé, très peu représenté en forêt de Blois, est un arbre au houppier irrégulier, qui peut atteindre 50 mètres de haut et 2 mètres de diamètre. Son tronc est droit et cylindrique et son écorce est creusée de profonds sillons entrecoupés par des fissures transversales. Sa longévité est de 700 ans environ. 

hetre_feuille_v

Le hêtre est très peu présent en forêt de Blois. Il a été introduit en sous-étage comme essence d’accompagnement. Cet arbre a besoin d’humidité atmosphérique mais il craint les sols trop humides. Il est sensible aux grands froids et aux fortes chaleurs. Il prospère dans la partie Nord de la France, notamment en Normandie et surtout dans l’Est de la France..
Il peut atteindre 40m de hauteur avec un tronc remarquablement droit et lisse. Il vit 200 à 250 ans.

Relativement fréquent en forêt de Blois, le charme se développe en sous-étage uniquement. C’est un arbre à tronc cannelé et écorce lisse. Il croît lentement et ne vit guère au-delà de 100 ans. Il dépasse rarement 20m et 0,50m de diamètre.

La chasse en forêt de Blois

La chasse permet de préserver l’équilibre entre la faune et la flore en limitant les populations de sangliers, cerfs, chevreuils. Des journées de chasse sont organisées principalement en automne et en hiver. Durant cette période, les zones chassées sont dangereuses pour le public. 

La forêt de Blois est séparée en 3 lots qui définissent les zones et les jours de chasse. La chasse est pratiquée dans le Loir et Cher du 24 septembre 2023 au 29 février 2024.

Selon le bilan patrimonial réalisé en 2015 par l’ONF, plus d’1/3 des surfaces des forêts domaniales, appartenant à l’Etat, sont en situation de déséquilibre forêt-gibier à cause d’une surpopulation d’ongulés (cerfs, chevreuils, sangliers).Le danger pour les forêts est réel. Présents en trop grand nombre, ces animaux consomment en quantité importante les jeunes arbres, compromettent ainsi la croissance et le renouvellement des peuplements forestiers et appauvrissent la diversité des essences, notamment celles adaptées au changement climatique.”

Selon l’article L.121-1 du code forestier, “l’Etat veille (…) à la régénération des peuplements forestiers dans des conditions satisfaisantes d’équilibre sylvo-cynégétique”. Cette mission fondamentale est confiée à l’ONF par l’article D.221-2 du code forestier.

Cliquez pour télécharger les jours de chasse saison 2023-2024

Site internet de l'ONF

La forêt deBlois sur le site internet

Retour en haut